Le gouvernement veut réduire la durée des soldes à quatre semaines en 2019

© AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

La secrétaire d’Etat à l’Economie Delphine Gény-Stephann a annoncé mardi vouloir réduire la durée des soldes de six à quatre semaines à partir de 2019, afin de rendre plus attractif cet événement commercial, actuellement en perte de vitesse.

"Nous allons proposer (...) une réduction des deux périodes - été et hiver - de six à quatre semaines", a indiqué Mme Gény-Stéphann dans un entretien publié sur le site du journal Le Parisien, à la veille du lancement des soldes d’hiver 2018.

"Ce serait pour une mise en place en 2019, vraisemblablement pour les soldes de janvier prochain. Cela laisse le temps aux professionnels de se préparer", a-t-elle ajouté, précisant que cette proposition serait intégrée au projet de loi dit "Pacte", qui sera présenté au printemps par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Ce dernier avait annoncé l’été dernier une "concertation" sur l’avenir des soldes, dans un contexte de confusion croissante chez les consommateurs entre les soldes officielles et la prolifération des promotions ponctuelles, de type "Black Friday".

"Les professionnels ont exprimé le souhait de réduire la durée des soldes d’été et d’hiver afin de focaliser l’attention, créer plus d’urgence et d’envie. Car dans la perception du consommateur, une période de plus d’un mois est trop longue et l’intérêt se dilue", a assuré Mme Gény-Stephann.

Selon la secrétaire d’Etat, la date du début des soldes restera en revanche le maintenue aux dates actuelles, à savoir le 2e mercredi de janvier et le 4e mercredi de juin.

Il était "difficile de concilier la vision des petits commerçants qui souhaitent faire des soldes une période de déstockage en toute fin de saison et le souhait des grandes enseignes qui aimeraient rapprocher cette période du moment des Fêtes", a-t-elle expliqué.

Mme Gény-Stéphann a par ailleurs confirmé qu’une nouvelle opération commerciale était à l’étude. "Ce serait une période courte de promotions, sur deux ou trois jours, lancée au niveau national", a-t-elle indiqué, en précisant que les commerçants souhaitaient se "coordonner" sur ce sujet.

à voir également en vidéo

suivez-nous