Le bilan de la peste à Madagascar grimpe à 54 morts

photo d’archive imaz press

Depuis le début du mois d’août 2017, Madagascar fait face à une épidémie de peste. Du 1er août au 11 octobre, 500 cas ont été comptés. 54 personnes sont décédées. Pour lutter contre la propagation, la rentrée scolaire a été repoussée d’une semaine. Les rassemblements publics ont également été suspendus temporairement. Dans le même temps, 1.000 volontaires de la Croix-Rouge malgache ont été mobilisés dans les districts concernés par l’épidémie.

Selon un dernier bilan publié ce mercredi 11 octobre par le ministère de la santé malgache, le bilan de la peste grimpe à 54 morts. Depuis le mois d’août, 500 personnes ont été infectées par la maladie. Pour lutter contre la propagation de l’épidémie, le gouvernement appelle au "civisme" et déplorer cette "brutale apparition", "hors de la période saisonnière".

Les contrôles aux aéroports ont été renforcés et les rassemblements publics interdits. La rentrée scolaire a également été repoussée d’une semaine afin de ne pas exposer les enfants à "des allergies consécutives à la désinfection des bâtiments". Le gouvernement appelle par ailleurs à se présenter aux services de santé dès l’apparition de symptôles telles qu’une "apparition brutale de fièvre, mal de tête, toux, difficultés à respirer ou crachats avec du sang".

De son côté, la plate-forme d’intervention régionale de l’océan Indien de la Croix-Rouge précise dans un communiqué que "le premier décès dû à la peste a été enregistré le 27 août dans la région de Vakinakaratra. En date du 10 octobre, 48 décès sont attribués à la maladie et 449 cas ont été recensés (dont 322 de forme pulmonaire). La capitale du pays, Antananarivo, carrefour des 6 grandes provinces de Madagascar, est l’un des districts les plus affectés, suivi de Toamasina (Est) et de la zone autour de Faratsiho (Centre)é

"Selon les données du Ministère de la Santé Publique malgache, entre le 1er Août et le 10 octobre 2017, 35 districts ont été impactés par l’épidémie de peste. Actuellement les centres hospitaliers de la capitale malgache sont à la limite de la saturation. Un premier fonds d’urgence a été alloué par la FICR afin de permettre à la CRM de mettre en place ses premières actions d’urgence. Face à la propagation rapide de l’épidémie, la Croix-Rouge devrait amplifier ses activités dans les prochains jours" souligne la PIROI.

"La Croix-Rouge malgache est membre du cluster national Santé. Elle a déclenché l’alerte rouge et mobilisé 1.000 volontaires dans les districts concernés. Sur le terrain les équipes mènent des actions de surveillance à base communautaire visant à contribuer à la réduction de la mortalité due à la maladie à travers des actions de prévention et de réponse à l’épidémie. La stratégie de riposte proposée par la Croix-Rouge malgache a été définie en concertation avec l’OMS et le Ministère de la Santé Publique, il comporte 5 principaux axes : la surveillance à base communautaire et le traçage des cas-contact, la mobilisation communautaire / changement de comportements, l’assainissement et la gestion des déchets, la lutte anti-vectorielle, l’Évaluation continue" termine la PIROI.

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous