Un insecticide interdit à La Réunion depuis des années

Mayotte : des tomates dangereuses pour la santé

photo imaz press

Le diméthoate, cet insecticide controversé et interdit en France est-il utilisé en masse sur les tomates à Mayotte ? Lundi 14 janvier, la Préfecture de Mayotte prend un arrêté et dresse un bilan alarmant. Sur 14 prélèvements effectués par les services de la Daaf (Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de La Réunion) 10 seraient "non-conformes." Les autorités placent donc la vente et la distribution sous "surveillance renforcée" pour une durée de 150 jours. A la Réunion ce produit illicite n’a pas été vu depuis des années...

A Mayotte, le problème ne date d’hier. France Mayotte Matin nous rappelle qu’en décembre 2016, un champ entier de tomates contaminées au diméthoate avait été détruit à Bandrélé. Deux parcelles entières, 5.000 m2 et 5 tonnes de légumes. La Daaf et la Deal (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) ne plaisantent pas avec ce produit, interdit en France depuis avril 2016. L’insecticide peut avoir des effet très néfaste sur l’environnement comme sur l’être humain. Il agit en inhibant les activités de la cholinestérase, enzyme essentielle pour le bon fonctionnement du système nerveux des insectes et des Hommes.

En 2019, le problème perdure à Mayotte, le diméthoate continue d’être utilisé: "les analyses réalisées par le laboratoire CERECO SAS Laboratoire Sud à Garons sur 14 prélèvements effectués par le service de la DAAF, 10 se sont révélées non-conformes vis-à-vis des paramètres analysés au règlement CE n 396/2005 du 23/02/2005 et avenants, compte tenu de la présence de diméthoate et ométhoate (métabolite du diméthoate) dont l'usage est interdit en France pour des raisons de santé publique," indique l’arrêté de la Préfecture.

En conséquence, "l'offre de vente, la vente et la distribution à titre gratuit de tomates font l'objet d'une mise sous surveillance renforcée dans le département de Mayotte pour une durée de 150 jours." Terminé la vente et l’achat de tomates sur les bords de route…

A La Réunion, "nous n’avons pas vu cet insecticide depuis des années, déclare Jean-Bernard Gonthier, président de la Chambre d’agriculture. Des contrôles réguliers sont effectué par la répression des fraudes sur les étales des marchés forains, dans les supermarchés…" En cas de non respect des règles les contrevenants peuvent se " faire couper les aides, " ajoute déclare Jean-Bernard Gonthier. Par le passé, il était utilisé contre les mouches des fruits et des légumes. Son interdiction a vu naître des solutions alternatives, plus respectueuses de l’environnement notamment le projet Gamour en 2009 (gestion agroécologique des mouches à La Réunion) : "une méthode de piégeage où l’on ne traite pas directement la plante, explique le président de la Chambre de l’agriculture. Nous plantons directement une haie, comme du maïs, pour attirer les insectes vers elle."

Lire aussi => Gamour pour lutter contre les mouches des légumes

L’insecticide ne se trouve également pas facilement. "C’est un produit interdit, qui ne peut arriver que par avion ou par bateau. A La Réunion, nous sommes obligés de passer par des filières officielles, nous sommes très contrôlés" confirme Jean-Bernard Gonthier. Dans le cas des tomates mahoraises, le diméthoate proviendrait, selon France Mayotte Matin, des Comores.

nt/www.ipreunion.com

mots clés de l'article : agriculture , Mayotte , Chambre d’Agriculture , daaf , DEAL , actualité de la réunion , insecticide , Actus Reunion , tomate , diméthoate

suivez-nous