Depuis le vendredi 11 mai 2018

Mayotte tremble mais ne sait pas pourquoi

photo RB imaz press reunion

Depuis cinq jours, l’île de Mayotte ne cesse de trembler. L’évènement sismique a débuté vendredi 11 mai. Ce lundi 14 mai, il se poursuivait. De quoi créer un "essaim de séismes" que les spécialistes mahorais ne savent pas expliquer. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le directeur du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de l’ile aux parfums à Imaz Press.

"Nous comptons une centaine de micro séismes. C’est ce qu’on appelle un "essaim de séismes"" indique Frédéric Tronel, directeur du BRGM de Mayotte.

Parmi ces tremblements de terre, une vingtaine a été ressentie par la population : "ils sont ressentis lorsqu’ils dépassent une magnitude de 4, 5". 

Faible magnitude et faible profondeur

Le premier séisme majeur est survenu dans la nuit du jeudi 10 au vendredi 11 mai, aux alentours de 2h du matin. "Dimanche 13 mai, vers 7h, nous en avons eu un d’une magnitude de 4,6" précise le responsable du BRGM. Interrogé hier, lundi 14 mai, il a ajouté : "on en a encore eu un ce matin". Vers 8h12 (heure locale de La Réunion), un tremblement de terre d’une magnitude de 4,5 et d’une profondeur de 10 kilomètres a été signalé.

"La magnitude est faible mais le séisme est aussi de faible prodondeur. C’est pour cette raison qu’il est ressenti par la population" explique un membre de l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise. Selon lui, il s’agit du même genre de séisme ressenti entre l’île Maurice et La Réunion ce mardi 27 février. 

Lire aussi => Dans les régions des Plaines et dans le sud sud-ouest : La terre a tremblé

Mayotte : "une sismicité importante" 

Mayotte a d’ores et déjà connu un phénomène sismique similaire : "Ici, on connait une sismicité importante en termes de fréquence mais faible en termes de magnitude". En effet, le séisme le plus élevé qu’a conu l’île s’élevait à une magnitude de 5,2. Soit, "des magnitudes très modérées". 

"On ne sait pas comment se traduisent ces séismes"

Pour les spécialistes, il est impossible de savoir quand le phénomène prendra fin. "Nous n’avons aucune visibilité. Nous ne sommes pas capables de prévoir les risques potentiels mais il n’y a pas plus d’inquiétudes que ça, à avoir" répond Frédéric Tronel. Selon lui, le BRGM est également incapable de comprendre les raisons de ce phénomène : "on ne sait pas comment se traduisent ces séismes. Est-ce qu’il s’agit de fissures sur la plaque tectonique ? On n’en sait rien". 

Néanmoins, ce lundi, la préfecture de Mayotte a affirmé : "À ce stade, aucun dégât n’a été constaté suite à ces secousses de faible intensité".

Seules certitudes : l’évènement se situe à une cinquantaine de kilomètres, à l’est et au sud-est de Mamoudzou, et il ne devrait en aucun cas affecter l’île de La Réunion. Notre territoire, basée à 1500 kilomètres de Mayotte, est trop éloigné. Aussi, il n’est pas situé dans la même zone que Mayotte, considérée comme zone de sismicité "modérée" (niveau 3 sur 5). La Réunion, elle est une zone de sismicité "faible" (niveau 2 sur 5). 

sw/www.ipreunion.com 

mots clés de l'article : séismes , Mayotte , La Réunion , magnitude , tremblements de terre , brgm , Actus réunion , Actus Reunion

à voir également en vidéo

suivez-nous