Publicité
image description
Orange à La Réunion mardi 22 décembre 2020

Article 1 : « Pour qu’aucun élève ne reste sur le banc de touche »

220Rencontre avec Maximin Assoune, Professeur en classes préparatoires au lycée Bellepierre220 220220 220Tous les ans, en lien avec l’association Article 1, des collaborateurs d’Orange accompagnent en tant que mentors bénévoles de jeunes élèves et étudiants vers leur orientation et leur insertion professionnelles. C’est notamment le cas à la Réunion, au Lycée Bellepierre. Enseignant en CPGE au sein de cet établissement, Maximin Assoune évoque les modalités et le bilan de ce dispositif.220 220220Pouvez-vous nous présenter en quelques mots la situation du Lycée Bellepierre ?220220 220Il s’agit d’un lycée d’enseignement général et technologique, disposant également d’une filière post-Bac avec plusieurs Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) et BTS. Situé dans le chef-lieu du département, Saint-Denis, l’établissement recense environ 1 800 élèves pour 270 enseignants, et compte dans sa zone des collèges classés REP+ (ceux qui concentrent le plus de difficultés sociales) ainsi que des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville.220 Il y a quelques années, notre lycée s’est inséré dans le dispositif des Cordées de la Réussite, et a initié dans ce cadre une collaboration avec l’association Article 1, dont SFR était partenaire avant de se désengager et qu’Orange ne prenne le relais. 220 220220 220220En quoi consistent l’action d’Article 1 et l’intervention des collaborateurs volontaires d’Orange ?220220 220Il y a d’une part de l’information tous publics/toutes classes sur les métiers et une offre de stages en entreprise – Orange ouvrant notamment ses portes pour accueillir nos élèves. Et d’autre part, une action plus poussée, destinée aux CPGE, consistant en un accompagnement des étudiants vers le monde du travail. Des collaborateurs d’Orange peuvent intervenir, de façon bénévole, en tant que tuteurs sur un périmètre non-pédagogique. C’est dans ce cadre qu’ils sont amenés à participer à des simulations d’entretien, à proposer des journées de découverte des métiers de l’entreprise à nos élèves tutorés, ou encore à contribuer à des ateliers métiers : élaboration de CV et lettre de motivation, savoir-être professionnel, etc.220 220220Combien d’élèves bénéficient de cet accompagnement et comment évaluez-vous son efficacité ?220220 220En moyenne, une trentaine d’étudiants en CPGE accèdent à cet accompagnement chaque année, sur des promotions allant de 2 à 300 élèves. L’organisation mise en œuvre avec les tuteurs est bien huilée et les interactions bien cadrées, et notre rôle en tant qu’enseignant consiste à nous assurer que personne ne reste sur le banc de touche, en veillant à ce que des rencontres et un échange réguliers s’opèrent avec les élèves.220 Sur le papier, le dispositif est bien construit et conçu de façon à ce que chacun, salarié bénévole comme élève, y trouve du sens et de la valeur. S’agissant d’engagement et de mise en œuvre, il est clair qu’il ne relève pas d’une opération de communication et on sent qu’il est soutenu et motivé par une réelle volonté et un esprit collectif.220 A la fin de chaque année, nous faisons un bilan de la démarche, et l’écueil le plus fréquent concerne la disponibilité des intervenants. De fait, le bénévolat ne peut pas être permanent ni à durée illimitée, et le dispositif gagnerait à s’élargir à d’autres entreprises partenaires au-delà d’Orange, afin de renforcer le contingent annuel d’intervenants.220 220A propos de l’association Article 1220 220Article 1 est née de la fusion de deux associations de lutte contre l’inégalité des chances : Frateli et Passeport Avenir, fondées respectivement en 2004 et 2005. Cette structure désormais commune œuvre pour une société où l’orientation, la réussite dans les études et l’insertion professionnelle ne dépendent pas des origines sociales, économiques et culturelles ; pour une société où la réussite passe par le lien social et l’engagement citoyen.220 Elle a développé au fil du temps des programmes qui font appel aux mêmes leviers : tisser des liens et organiser des rencontres entre ces jeunes et des volontaires issus du monde professionnel, désireux de partager leurs savoirs et leur engagement.220 Ses programmes de mentorat et ses ateliers organisés partout sur le territoire français ont déjà permis l’accompagnement de près de 12 000 élèves et étudiants issus de milieux modestes.220 220220Visiter le site de l'association : article-1.eu220220 220220

image description
Orange à La Réunion mardi 22 décembre 2020

CUBE 2020 : de l’énergie à revendre... et à économiser !

220Depuis le début de l'année, les équipes de la DO Réunion-Mayotte (DORM) se mobilisent et conjuguent leurs efforts dans le cadre du concours de réduction des consommations d'énergie inter-entreprises CUBE 2020. Autour de deux axes : les équipements techniques et les usages.220 220220 220Si de nombreuses directions opérationnelles d’Orange en métropole participent à ce concours depuis plusieurs années, c'est une grande première pour l'Outre-Mer ! Quatre sites à la Réunion (Le Chaudron, Chatel et le Smartstore de Champ Fleuri) et à Mayotte (Allamanda) sont en effet inscrits à l'édition 2020 du challenge CUBE, dans les catégories Classement Général et DOM-ROM. Une découverte donc, mais aussi et surtout une opportunité formidable de se saisir des enjeux liés à la transition énergétique, en partenariat avec les collaborateurs.220 220220Agir sur le technique et l'humain220220 220Car si le concours - et le défi énergétique de façon générale - inclut un volet technique (optimisation de l'exploitation des bâtiments), il met aussi l'intelligence verte et collective des usagers à contribution. S'agissant du premier axe, de nombreuses démarches sont mises en oeuvre depuis le début de l'année par les entités Immobilier, Services aux salariés et Sécurité, en lien avec l'Immobilier Groupe, pour améliorer les installations et l'exploitation technique des bâtiments. 220« Dans le cadre du plan stratégique Engage2025, la DORM s'est par ailleurs engagée sur un programme d'actions de croissance durable, dont l'une concerne l'acculturation des salariés aux économies d'énergie, précise Marie-Catherine Fontaine, Responsable de Projets innovants et RSE à la DORM. Et CUBE 2020 constitue à ce titre un tremplin pour propulser cette dynamique »220.220 220220 220220Accompagner et soutenir les éco-comportements220220 220Si la crise sanitaire a quelque peu différé la mise en route de ce volet comportemental, la réflexion se décline depuis la rentrée en actions sur le terrain. 220« Covid oblige, les animations in situ sont proscrites. Mais un dispositif d'animation spécifique est déployé pour embarquer les équipes, entre affichages, communications des managers, etc. Et, bien sûr, la participation au concours CUBE 2020 qui agit comme une caisse de résonance de ces messages. Un challenge dans le challenge est aussi prévu, puisque nous avons lancé une appli baptisée Energik, à laquelle chacune et chacun peut accéder depuis un smartphone ou son e-buro pour consulter des conseils d'éco-gestes ou encore participer à des quiz et des jeux autour du sujet de la réduction des consommations »220.220 Les collaborateurs les plus investis peuvent même se porter volontaires pour devenir ambassadeurs (un par site), chargés d'animer, d'encourager et d'aiguiller les équipes en local.220 Si l'appropriation des usages éco-vertueux par les salariés n'a pu être lancée qu'à la rentrée de septembre, les efforts mis en oeuvre sur le plan technique depuis le début d'année portent déjà leurs fruits. En effet, les 3 sites de la Réunion inscrits à CUBE 2020 occupaient à fin juillet les trois places du podium dans la catégorie DOM-ROM. La dernière ligne droite est désormais lancée, les résultats finaux seront dévoilés au mois de mars 2021 !220 220220

image description
Orange à La Réunion mardi 22 décembre 2020

Avec la VR, un accompagnement des jeunes qui n’a rien de virtuel

220220 220Avec le soutien de la Fondation Orange, l’Association Régionale des Missions Locales (ARML) de la Réunion injecte une dose de réalité virtuelle (VR) dans le dispositif d’accompagnement et d’aide à l’orientation destiné aux jeunes de l’île.220 220Acteurs clé de l’accueil, de l’information et de l’aide à l’orientation des jeunes, les missions locales agissent tout au long de l’année auprès de ceux-ci pour les aider à construire un projet professionnel et de vie. A l’ère du tout-digital et des nouvelles technologies, ces structures disposent de nouveaux outils pour remplir leur rôle. Et, dans le cas de l’ARML de la Réunion, pour proposer une voie originale d’immersion dans le monde professionnel.220 220220Une plongée dans les métiers avec la VR220220 220En effet, les 4 missions locales de l’île intense sont engagées depuis le début de l’année 2020 dans un projet commun et innovant, baptisé VRUN360. 220« L’objectif est de proposer à plusieurs jeunes du territoire un support d’information et de communication différent, qui résonne avec leurs usages du quotidien220, détaille Amandine Fossy, Chargée de projet à l’ARML. 220Il s’agit en l’occurrence de leur faire découvrir différents métiers en 360° durant des sessions de réalité virtuelle basées sur une application développée par Métiers360. Cette découverte s’inscrit dans un parcours nouveau conçu par l’association, qui s’articule autour de plusieurs phases. La mise en œuvre de la solution VR est le point de départ, avant que des ateliers d’acculturation au digital et aux outils multimédia ne soient organisés, afin que les jeunes puissent aiguiser leurs connaissances sur des supports originaux tels que Clicnjob (création de CV, fiches métiers…) ou la plateforme d’évaluation des compétences numériques Pix. Enfin, quelques jeunes ont été conviés à pousser l’expérience un peu plus loin, à travers la coconstruction d’un serious game en réalité virtuelle autour des compétences comportementales, ou soft skills, avec la startup Rendr »220.220 220220 220220Les jeunes au cœur du projet220220 220Spécialisée dans la transmission des savoirs via les nouvelles technologies, Rendr a bénéficié de l’accompagnement d’Orange en tant que participant de l’accélérateur Orange Fab France, et est aujourd’hui partenaire du Groupe. Contactée par les équipes d’Orange Réunion, la start-up est allée à la rencontre des missions locales et a été séduite par le projet. 220« La démarche est cohérente avec la vision des fondateurs de Rendr, très axée sur la formation et la pédagogie en mode réalité virtuelle220, souligne François Malet, Chef de projet Rendr. 220A titre personnel, j’ai travaillé plusieurs années comme assistant d’éducation, donc l’initiative me touche et m’intéresse. En partenariat avec les jeunes, nous inventons ensemble cet outil de formation, qui plongera ses usagers au cœur d’une simulation d’entretien professionnel, de sa préparation à l’après avec un débrief. Cinq soft skills seront explorés : rigueur, communication, présentation, gestion du temps et attitude. Les jeunes qui sont impliqués sont très volontaires, participatifs, ils sont acteurs du projet, et c’est encore le meilleur moyen de parvenir à un outil qui soit le plus pertinent possible »220.220 220220Piquer la curiosité220220 220Si le développement de cette solution devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année, les jeunes ont d’ores et déjà montré leur intérêt vis-à-vis de cette expérience. Environ 200 jeunes ont notamment participé aux séances de découverte de métiers en VR. 220« Nous avons réussi à piquer leur curiosité, et à susciter leur participation, y compris pour des jeunes dont le numérique ne relève pas de leurs aspirations professionnelles »220, conclut Amandine Fossy. Ou comment l’accompagnement des jeunes vers le monde du travail peut être renouvelé et boosté par les nouvelles technologies !220 220220 220Ce qu'elles en disent...220 220220« J’ai voulu m’inscrire en mission locale suite aux échecs vécus dans ma recherche d’entreprise, pour être accompagnée et aidée dans mes démarches. L’expérience était extraordinaire, on peut vraiment voir le monde du travail tel qu’il est avec le casque. Je sais maintenant ce que je veux faire et ne pas faire, et j’ai compris que je préfère m’orienter vers le management. »220 220Maëva, 19 ans220220 220220« L’accompagnement de la mission locale m’a aidée à définir mon projet professionnel. Au début, j’étais un peu perdue entre infirmière et aide-soignante, aujourd’hui, je sais que je veux devenir aide-soignante. Cette expérience m’a permis de découvrir des choses que je n’avais pas vues en stage. »220 220Elisabeth, 20 ans220220

Publicité
image description
Orange à La Réunion mercredi 23 septembre 2020

Mettre son temps et ses compétences au service du monde associatif

220Entretien avec Patrick Martins, délégué d’Energie Jeunes à la Réunion220 220220 220Le mécénat de compétences est l’opportunité pour les salariés éligibles au Temps Partiel Sénior (TPS) de donner de leur temps, et du sens à leur travail en contribuant à des causes d’intérêt général auprès d’une association dont le domaine est soutenu par la Fondation Orange*, et en s’impliquant dans des combats utiles. Comme celui que mène l’association Energie Jeunes sur l'île depuis 2016 contre les inégalités et le décrochage scolaires au sein d’établissements situés en REP/REP+.220 220Le mécénat de compétences peut mener à bien des chemins. Après un parcours professionnel rempli au sein du Groupe Orange, qui l’aura conduit à la Réunion dès 1997, Patrick Martins a bénéficié en 2017 de ce dispositif, qui s’est présenté comme une opportunité de gérer et d’amorcer sa fin de carrière en réduisant la perte d’activité.220 220220Apprendre à « aimer apprendre » 220220 220Surtout, il aura été convaincu par la mission et le potentiel portés par l’association Energie Jeunes, qui déploie depuis 2009, sur les territoires métropolitain et d’Outre-Mer, des programmes originaux en faveur de la réussite scolaire. Patrick Martins, Délégué Régional Réunion d’Energie Jeunes, aura contribué à monter la délégation locale sur l’île, la première de l’association en Outre-Mer et qui a commencé son activité en 2016.220220« La Réunion est l’une des régions où le décrochage scolaire est le plus important : 4 500 élèves quittent chaque année le système scolaire sans formation, une proportion 2,5 fois supérieure par rapport à la moyenne nationale. L’action d’Energie Jeunes se concentre sur l’autodiscipline et la persévérance scolaire, il s’agit en synthèse d’amener les élèves à aimer apprendre. Nos intervenants, qu’ils soient issus du mécénat de compétences, des bénévoles ou des jeunes en service civique, agissent au niveau des collèges, en classe entière et en présence des professeurs, 3 fois par an durant une heure. Ces sessions sont faites d’échanges, de questions/réponses, de visionnage de vidéos pédagogiques et à leur terme, les collégiens sont invités à formaliser des engagements vis-à-vis d’eux-mêmes. »220220 220220 220220Une action remodelée dans le contexte de crise sanitaire220220 220Sur l’île, le champ d’action de l’association s’est rapidement étendu. D’une intervention dans 4 classes la première année, le programme concernait 40 classes l’année suivante. Et en 2020, l’objectif était de toucher plus de 10 000 élèves dans 400 classes sur une vingtaine d’établissements REP/REP+. 220La pandémie de Covid-19 et la mise en place des mesures sanitaires associées en auront décidé autrement. 220« L’adaptation à ce contexte aura été brutale autant que nécessaire : il n’était pas question pour nous de tout arrêter et il nous a donc fallu réorienter notre engagement. Ce que nous avons fait en nous ralliant à un dispositif initié par Article 1 et la FAGE** pour maintenir une continuité éducative en mettant en relation des aidants bénévoles et des étudiants/lycéens confinés initialement, ainsi que des collégiens à la demande d’Energie Jeunes. Nous avons donc travaillé localement avec les établissements pour identifier les élèves susceptibles d’être accompagnés à travers ce dispositif. »220 Celui-ci sera maintenu, au moins en partie, lors de la rentrée de septembre qui devrait s’effectuer dans un environnement toujours contraint. 220A plus long terme, l’association entend aussi participer au développement du projet des Cités Educatives soutenu par l’ANCT et orienté vers l’amélioration des conditions d’éducation dans les quartiers défavorisés. L’une des 80 Cités Educatives identifiées à l’échelle du territoire se situe à la Réunion, dans la commune du Port. 220Plus que jamais, la délégation régionale est en quête d’intervenants pour assumer ses ambitions sur l’île. Cette année, l’équipe d’intervenants actifs se composait de 10 jeunes en service civique, et tous les renforts sont donc les bienvenus, notamment ceux provenant de la voie du mécénat de compétences. Comme un échange de bons procédés : 220« c’est un moyen pour les salariés et les directions d’entreprises de trouver un vrai sens, et un bienfait pour les collaborateurs en termes de cohésion d’équipe, d’implication et d’engagement. »220 220A bon entendeur !220 220220Chiffres-clés220220 220 2204 500 élèves quittent le système scolaire sans formation chaque année à la Réunion220 220Programme Energies Jeunes : 220 220Une intervention en classe entière 3 fois par an, pendant 1 heure220 220Objectif 2020 : sensibiliser plus de 10 000 élèves dans 400 classes sur une vingtaine d’établissements REP/REP+ de l’île220 220220 220 220220*Domaines soutenus par la Fondation Orange : santé, éducation, culture, solidarité numérique et insertion professionnelle. Les associations à but religieux et politiques sont exclues du dispositif220220 220220**Article 1 : Association loi 1901 qui lutte pour l'égalité des chances et le soutien des jeunes élèves issus de milieux populaires - FAGE : Fédération des Associations Générales Etudiantes, qui agit en faveur de l'égalité des chances de réussite dans le système éducatif220220

image description
Orange à La Réunion mercredi 23 septembre 2020

Don en boutique : La Réunion et Mayotte font campagne pour la solidarité

220Depuis l’été 2019, les clients Orange ont la possibilité de réaliser un don en boutique Orange lors du paiement de leurs achats par carte bancaire. La Réunion et Mayotte déploient ce dispositif qui vise à soutenir des associations œuvrant en faveur de l'intégration sociale via le numérique220 220220 220Depuis plusieurs années, Orange inscrit l'accompagnement et l'inclusion numériques au cœur de son engagement RSE. Le dispositif du Don en boutique, initié durant l'été 2019 à l'occasion d'une première campagne nationale profitant au Réseau des Ecoles de la 2e Chance (E2C), relève de cette ambition.220 220220Un geste simple pour être solidaire220220 220Dans son principe et son fonctionnement, le procédé est simple. Il s'agit de permettre aux clients d'ajouter un petit montant, de quelques centimes à un euro, à leur achat lors de leur passage en caisse. Le don est proposé de façon automatique par le Terminal de Paiement Electronique(TPE), le client peut accepter ou refuser sur le clavier. Et ce, en toute transparence : l'association – et son projet – en faveur de laquelle les dons sont récoltés, et reversés intégralement, est indiquée sur un présentoir à proximité du TPE.220 220220L'engagement des équipes est crucial220220 220Les conseillers, préalablement informés en amont des campagnes, interviennent comme relais de promotion et d'information : 220« Les conseillers présentent le dispositif aux clients, et peuvent même être associés en partie au choix des associations régionales,220 précise Marie-Catherine Fontaine, Responsable de Projets innovants et RSE à la DORM. 220Lors de la première campagne régionale, la directrice de l'association soutenue à Mayotte était venue présenter les projets de l'association au manager de la boutique, tandis qu'un kit d'information avait été diffusé aux boutiques de La Réunion. Cette démultiplication est importante car elle permet aux conseillers, bien informés, de relayer aisément auprès des clients.»220220 220220Des campagnes suivies220220 220En plus de réaffirmer le positionnement du Groupe comme acteur citoyen et social, le don en boutique est aussi un moyen pour les clients d'exprimer leur souhait d'engagement. 220La participation lors des campagnes précédentes encourage à poursuivre cette proposition. La générosité des clients en boutique Orange a déjà profité à plusieurs causes et associations, nationales ou régionales . 220« Nos territoires La Réunion et Mayotte prennent place dans ces programmes nationaux. Grâce à l'alternance avec des campagnes régionales, le programme s'adapte aux spécificités et enjeux locaux. Les dons de la première campagne régionale ont été recueillis au profit de l'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE) à Mayotte et pour L'Ecole de la Deuxième Chance de La Réunion. »220 220La deuxième opération nationale est menée au bénéfice d'e-Enfance, qui lutte contre le cyber-harcèlement et sensibilise aux risques des nouvelles technologies. Elle sera clôturée mi-août 2020 et sera suivie par la deuxième campagne régionale qui débutera le 20 août. Pour Mayotte, ce sera au bénéfice de Mlezi Maore, une association mahoraise fondée sur des valeurs de solidarité, de respect et d'innovation, qui lutte contre toutes les formes d'exclusion depuis plus de quinze ans. Pour La Réunion, le don pour L'Ecole de la Deuxième Chance Réunion se poursuivra, en faveur de son dispositif pédagogique d'insertion socio-professionnelle individualisé et novateur, qui accueille des jeunes de 16 à 25 ans ayant quitté le système scolaire depuis plus d'un an et sans qualification, sur tout le territoire de la Réunion. 220Avec toujours la mobilisation des conseillers, et la générosité des clients ! 220

image description
Orange à La Réunion mercredi 23 septembre 2020

L’association WebCup ouvre un deuxième FabLab solidaire au Nord de La Réunion !

220220 220Après le succès du Campus Sud de Saint-Pierre, l'association WebCup, en partenariat avec la Fondation Orange, a inauguré, le 11 juillet dernier, son deuxième FabLab solidaire à Saint-Denis. Objectifs : lutter contre l'exclusion numérique et renforcer le lien social par l'utilisation des nouvelles technologies.220 220220« Nous sommes très heureux d'ouvrir nos activités aux habitants du Nord de l'île ! »220 se réjouit Fabien Degieux, directeur et co-fondateur de l'association WebCup qui propose, depuis 2010, des ateliers à destination des enfants, des jeunes, des personnes porteuses de handicap, des demandeurs d'emploi ou encore des personnes âgées afin de les former aux nouvelles technologies. 220« En nous installant à Saint-Denis, nous élargissons ainsi notre public, ce qui correspond à notre mission première de démocratiser les outils numériques »220, explique-t-il.220 220220Nouveaux locaux à Saint-Denis220220 220À Saint-Pierre déjà, les ateliers numériques de l'association WebCup attirent un large public tant les activités proposées sont diversifiées : création de site web, initiation aux logiciels libres, confection d'objets connectés, utilisation d'imprimantes 3D, manipulation de matériel de robotique... 220« Ces activités sont désormais accessibles à Saint-Denis dans des locaux entièrement équipés et répartis sur une surface d'environ 80 m2 »220, détaille Fabien Degieux. Le nouveau FabLab solidaire devrait également profiter de son implantation géographique, puisqu'il est situé en plein centre-ville.220 220220 220220Le soutien de la Fondation Orange220220 220220« Ce deuxième FabLab solidaire s'est ouvert grâce à la Fondation Orange qui est l'un de nos partenaires historiques. Tout comme à Saint-Pierre, la Fondation a soutenu notre projet en finançant du matériel pour le Fablab »220 précise le directeur et confondateur de la Webcup qui annonce d'ailleurs que d'autres Webcup Campus intégrant des FabLab solidaires pourraient voir le jour dans les prochains mois. L'implication de la Fondation Orange dans les projets de l'association s'est aussi illustrée pendant la période de confinement. En effet, pendant le mois de mars, WebCup, soutenue par la Fondation et en partenariat avec la mission locale, a proposé une semaine d'ateliers en ligne à une vingtaine de jeunes, leur offrant ainsi la possibilité de s'initier à Wordpress, au codage ou encore aux logiciels de montage photos et vidéos.220 220220De 8 à 88 ans220220 220Le nouveau FabLab solidaire de Saint-Denis a été lancé au début des grandes vacances et a proposé dans la foulée une semaine gratuite pour découvrir les différentes formations. Un bon moyen pour l'association de présenter sa large palette d'ateliers numériques aux riverains. 220« Nous nous adressons à tout le monde : de 8 à 88 ans ! »220, rappelle Fabien Degieux qui précise que des ateliers/conférences seront proposés aux parents afin de les sensibiliser à l'utilisation des écrans par exemple. De quoi réunir, autour des avancées numériques, l'ensemble des générations de l'île !220 220220

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis