Saint-Denis

Immeuble des Lataniers : l’agence régionale de santé reconnaît le mauvais état des logements

Photo Alyssa Mariapin

Le jeudi 27 août 2015, l’affaire des logements des Lataniers à Saint-Denis sera examinée par le tribunal d’instance de Saint-Denis. Dans l’immeuble, situé à proximité de la cité scolaire du Butor, plusieurs locataires vivent actuellement dans des logements dont l’état se dégrade. L’agence régionale de santé a visité, en juillet 2015, 33 logements de la résidence des Lataniers. Un rapport a été fait Il confirme l’indécence de certains logements livrés en août 2013.

Au 6e étage, l’appartement de Samantha est à nouveau touché par une nouvelle infiltration d’eau. "Ma fille n’ose plus dormir dans sa chambre à cause de ça, elle dort avec moi ; maintenant dans ma chambre l’eau s’infiltre aussi. Quand cela va cesser ? Je n’en peux plus. J’envisage de déménager", dit la locataire, exaspérée par la situation.

Plusieurs locataires, mécontents, regrettent l’absence de travaux adéquats dans cet immeuble. Selon Jean-Luc Futol, un autre locataire du 6e étage, ce sont "des travaux superficiels qui ont été réalisés jusque là." "Lorsque les travailleurs viennent, ils ne savent pas la cause réelle du problème donc ils grattent et repassent juste un coup de peinture, c’est inutile, ça n’arrête pas les infiltrations d’eau", ajoute-t-il.

Encore un an d’attente

Peu après sa livraison, de nombreux locataires se sont plaints des infiltrations d’eau, un des problèmes principaux. L’agence régionale de santé (ARS) a visié les logements concernés. Le bilan est formel. "80% des logements visités par l’ARS ont été déclarés mauvais état" affirme Erick Fontaine. "Cet immeuble est neuf, il a été livré en 2013, c’est scandaleux. Comment se fait-il que des logements neufs deviennent indécents au bout d’un an à La Réunion ?", s’interroge l’administrateur de confédération nationale du logement.

L’affaire doit être examinée par le tribunal d"instance le 27 août 2015. Selon Maître Patrice Selly, aocat des locataires, ces derniers devront être patients. Il explique que le juge doit "désigner un expert qui examinera les logements." Cet expert aura plusieurs mois pour réaliser sa mission et c’est à la suite de l’expertise que les travaux pourront débuter. Il ajoute : "avant de retrouver un logement décent, les locataires devront attendre encore un an." Les résidents devront donc prendre leur mal en patience.

Alyssa Mariapin pour

mots clés de l'article : Saint-Denis , logements , ARS , A la Une , Agence régional de santé , Résidence des Lataniers

suivez-nous