Réunion par Imaz Press, jeudi 12 décembre 2019 à 12:13
cause du manque de contrats aidés (actualisé)

Laboutik Emmaüs du Moufia ferme ses portes dans l’indifférence générale

image description
image description

En 2017, les instances dirigeantes de l’association caritative alertaient sur les conséquences de la diminution du nombre de contrats aidés. Thierry Kuhn, le président d’Emmaüs France expliquait alors "cela va impacter directement la vie de milliers de personnes précaires et menace l’avenir de structures associatives." Et ça n’a pas manqué, Laboutik du Moufia, cet espace de ventes solidaires qui contribue au développement de l’action sociale du mouvement Emmaüs à La Réunion et des actions engagées depuis plus de 20 ans sur le territoire fermera ses portes le 31 décembre 2019, après deux ans de galère budgétaire liée à la réduction du nombre de contrats aidés. Laboutik Foucherolles et celle du Butor restent ouvertes et opérationnelles. (Photo d’illustration D.R.)

La nouvelle est tombée comme un couperet et elle est sans appel : "en 2017, le gouvernement a pris la décision de réduire considérablement le nombre de contrat aidé et sa prise en charge financière. Malgré tous ses efforts pour "résister" à cette tempête, l'association accuse en deux ans un déficit budgétaire qui oblige à sa restructuration. Par manque de personnel, il est décidé de la fermeture de Laboutik (située allée Sainte-Marguerite sur la route Moufia - ndlr) au 31 décembre 2019" peut-on lire sur les réseaux sociaux.

Sur le sujet de la réduction des contrats aidés, les édiles ont été les premiers à se soulever contre cette mesure qui allait, en plus de précariser la frange de la population la plus éloignée de l’emploi et la moins qualifiée lui enlever un dispositif qui lui permettait de sortir la tête de l'eau, même temporairement. Par ailleurs, cette diminution des contrats aidés aurait un impact direct sur le fonctionnement des mairies. Restauration scolaire, transport, activités périscolaires…

Lire aussi : Pas de contrats aidés, pas d'écoles

Ceux que l’on a moins entendu, ce sont les acteurs du tissu associatif. Une partie des contrats aidés du secteur non marchand leur est destinée. Pour eux, ces parcours emploi compétence (nouvelle dénomination des contrats aidés) sont d’une importance capitale. Dans ses structures d’insertion par l’activité économique, le mouvement Emmaüs propose des contrats aux personnes les plus éloignées du marché du travail. Emmaüs est ainsi un acteur incontournable de l’économie sociale et solidaire.

La Réunion, département touché par le chômage de masse, les contrats aidés sont une opportunité de se réinsérer. De plus, ils sont assortis d’un accompagnement spécifique et individualisé, pour favoriser la réinsertion sociale et professionnelle de chômeurs de longue durée, de jeunes peu qualifiés. Un contrat dans une structure d’insertion, en valorisant la personne et ses réalisations, constitue l’une des premières étapes de son parcours vers la qualification et l’emploi. Il offre un accompagnement social et une formation, afin de régler avec la plus grande partie des problèmes qui représentent un obstacle pour son accès à l’emploi pérenne.

Lire aussi : Pénurie de contrats aidés: il faudra tenir jusqu'à la fin de l'année

En 2017, Emmaüs avait lancé une pétition, directement adressée au gouvernement pour qu’il change de cap. L’association avait plaidé "les contrats aidés, en permettant l’accès quasi-immédiat à un emploi, brisent ce cercle vicieux du chômage et de l’exclusion. La personne travaille, acquiert un salaire et des droits sociaux, développe une expérience professionnelle et des compétences, et, retrouve, enfin, ce sentiment d’utilité et ces liens sociaux dont nous avons tous besoin." Mais force est de constater que l’exécutif a fait la sourde oreille à ce plaidoyer, pire l’association dénonce une décision prise unilatéralement sans aucune solution de transition proposée.

Aujourd’hui, les craintes des dirigeants d’Emmaüs sont devenues concrètes. La fin de Laboutik du Moufia est directement liée à la réduction du nombre de contrats aidés. Au 31 décembre, la structure fermera définitivement ses portes. D’ici là, des soldes sont organisées tous les samedis. Le plus triste, c’est qu’avec le temps, Laboutik du Moufia est devenu un lieu incontournable pour de nombreuses familles réunionnaises modestes, un lieu incontournable qui ferme ses portes dans l’indifférence générale...

fh / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : association , fermeture , Moufia , contrats aidés , Emmaüs , actualité de la réunion , Actus Reunion , Parcours Emploi Compétences , Laboutik

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité
Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis