C’est Météo France qui le dit

La Réunion : "le premier trimestre 2019 est le plus chaud des 51 dernières années"

photo RB imaz Press Réunion

Depuis le début de cette année, plusieurs records de températures ont été battus à La Réunion. Le plus symbolique est le record absolu de température maximale sur l’île qui a été battu à la Pointe des Trois Bassins le 25/01/2019 avec 37C.

Au final, le premier trimestre 2019 est le plus chaud à La Réunion des 51 dernières années avec un écart moyen à la normale de 1,2C (0.9C pour les températures de la nuit et 1,5C pour les maxima journaliers). Le graphique cicontre montre l’évolution de l’indicateur de températures maximales pour le trimestre JanvierFévrier-Mars à La Réunion depuis 1969 (basé sur les données de 3 stations de référence : Gillot-Aéroport, Plaine des Cafres et Pierrefonds-Aéroport). Au mois de mars, la température maxi journalière se situe plus de 2C au dessus de la normale.

Il existe plusieurs manières de caractériser les fortes chaleurs. On peut par exemple caractériser une journée de forte chaleur par des dépassements de certains seuils de température maximale en journée suivi du dépassement d’un autre seuil pour la température minimale de la nuit suivante. Pour la station Gillot-Aéroport (station de référence), on cherche les journées avec une température maximale supérieure à 31C et une température minimale la nuit suivante supérieure à 24,5C. On peut ainsi calculer, pour une année donnée, le nombre d’occurrence correspondant à ces deux critères.

Le graphique ci-dessus montre l’évolution depuis 1995 du nombre annuel de journées de forte chaleur à la station de Gillot-Aéroport. On dénombre déjà en 2019 (après 3 mois seulement) 39 journées de forte chaleur. 2019 détrône donc le précédent record de l’année 1998 (23 jours).

Une autre manière de faire consiste à rechercher des périodes de forte chaleur (vagues de chaleur). Une méthode s’appuie sur la température moyenne quotidienne et trois paramètres qui en découlent : - seuil de pic de chaleur servant à détecter un événement ; - seuil de démarrage et fin de la vague de chaleur (sans période de trois jours consécutifs en dessous du seuil) ; - seuil d’interruption interrompant un épisode si la température descend sous ce seuil, même une seule journée.

Pour Gillot-Aéroport, les trois seuils définis sont 28.6C pour le pic, 28.05C pour le démarrage et 27,65C pour l’interruption. La figure ci-contre montre l’évolution de la température moyenne journalière entre le 1er février et le 31 mars 2019. La coloration rouge correspond à des périodes où l’on se trouve au dessus de la normale, le bleu à des périodes en dessous de la normale. Les périodes en violet répondent aux différents critères de définition d’une vague de chaleur.

On caractérise ainsi les épisodes de forte chaleur à travers trois paramètres : - leur durée : c’est le nombre de jours qui satisfont aux différents critères ; - leur intensité maximale : c’est la température quotidienne moyenne maximale enregistrée durant l’épisode ; - leur sévérité : c’est la somme des écarts journaliers positifs entre la température moyenne et le seuil de démarrage.

Le graphique ci-contre permet de visualiser les vagues de chaleur historiques (depuis 1995) sur la station de Gillot-Aéroport en fonction de leur durée, leur pic d’intensité et de leur sévérité (taille de la bulle). 2019 présente les deux vagues de chaleur à la fois les plus longues et les plus sévères depuis 1995. Là encore, c’est l’année 1998 qui détenait auparavant la vague de chaleur la plus marquante à La Réunion depuis 1995.

Notons pour finir qu’en ce 1er avril 2019, la chaleur est toujours d’actualité sur la plupart des zones du littoral de La Réunion et pourrait bien persister encore quelques jours.

mots clés de l'article : météo France , chaleur , RECORD , température , actualité de la réunion , Actus Reunion

suivez-nous