Transport urbain

Le réseau Citalis renouvelle totalement sa billettique

photo margaux Malinge pour imazpress

"Cital’Pass, kosasa ?", vous avez peut-être vu cette affiche verte placardée sur les murs il y a quelques semaines, eh bien ça y est Cital’Pass débarque officiellement à partir du 15 juillet 2019. Un grand projet de renouvellement qui aura coûté 1,5 million d’euros. Parmi les grandes nouveautés, trois points essentiels : le temps de validité des titres de transport passe à 2h, les allers-retours sont autorisés, et un nouveau ticket fait son apparition. De couleur orange et au prix de 3 euros, il permettra de voyager de façon illimitée pendant 24h.

"Cital'Pass, tu passes tranquille, tu passes avec style". Le jeu de mots du réseau urbain Citalis annonce la couleur : ces nouveaux titres de transport devraient aider la Cinor à lutter contre la fraude. Le taux de fraude est pour l'instant inférieur à 10% des usagers, l'objectif étant de diminuer encore ce chiffre.

Concrètement, les usagers ont jusqu'au 15 juillet pour faire le transfert de leur abonnement ou échanger leurs titres actuels, les "vieux" tickets que l'on trouvait sous le format "choc". Tous ces échanges sont gratuits.

Depuis 2010, Citalis tente de se renouveler avec des changements successifs menant entre autres à la dématérialisation de ses titres de transport. Cette modernisation intervient cependant un peu tardivement par comparaison aux autres réseaux. Justification de Citalis : le réseau transporte plus de 80.000 voyageurs chaque jour. "C'est colossal, comparé aux autres réseaux de transport comme Car jaune ou Alternéo", explique Jean-Jacques Fung, directeur général délégué de Citalis.

Plusieurs manières d'acheter un ticket

Le prix des tickets ne change pas. Le ticket papier existera toujours, mais il change de visage. Plus grand (de la taille d'une carte bancaire), il se décline en plusieurs couleurs :

Rose pour le ticket unitaire acheté dans le bus, à 1,3 euro Bleu pour le ticket unitaire acheté en point de vente, à 1 euro Vert pour le ticket acheté en carnet, 10 tickets coûtent 7,60 euros, soit 0,76 euro le ticket Orange pour le ticket unitaire 24h, à 3 euros, c'est la grande nouveauté

Plusieurs types de titres de transport disponibles :

Des cartes à badger Des tickets à composter grâce à un QR code Des M-tickets (voir ci-dessous) via l'application dédiée qui permet de payer avec son téléphone

Le voyageur aura donc plusieurs possibilités :

Acheter son titre de transport dans l'un des 5 espaces bus du réseau Se connecter à la boutique en ligne Ou bien utiliser l'application M-Ticket Citalis, qui permet de payer directement avec son smartphone.

Le but étant d'aller petit à petit vers une diminution du nombre de tickets papier. "C'est également un geste pour l'environnement", explique Jean-Jacques Fung.

Concernant les scolaires, ils reçoivent gratuitement une carte Cital'Pass. Leur nombre de voyages disponibles ne change pas, cela correspond environ à un aller-retour par jour.

Des services élargis

Désormais, un titre de transport aura une durée de validité de 2h Par ailleurs, il sera maintenant possible d'effectuer un aller-retour avec le même ticket Les bus pass à 3 euros offrent la possibilité de voyager de façon illimitée pendant 24h Enfin, la nouvelle e-boutique permet aux clients de recharger son abonnement en ligne et donc à distance

Il sera également possible "de posséder plusieurs titres sur un même support, quand on voyage en groupe", explique Evelyne Orosmann, responsable marketing à Citalis. La carte Cital'Pass peut accueillir en effet plusieurs titres de transport, y compris des pass 24h.

Deux cartes différentes seront disponibles : nominative ou anonyme. "Il faudra bien conserver sa carte personnelle pour la recharger ensuite", ajoute-t-elle, "des cartes anonymes existent aussi dans le cas des voyageurs occasionnels pour charger des titres unitaires. De nombreuses possibilités". Ces deux cartes sont bien gratuites et rechargeables toutes les deux.

Attention, notez bien que les abonnements se rechargent uniquement sur internet et pas sur l'application M-Ticket Citalis, qui ne concerne que les titres unitaires. A ce jour, le réseau Citalis compte 30.000 abonnés.

Validation obligatoire et systématique

Le système de contrôle se renouvelle également. Selon le directeur délégué Jean-Jacques Fung, "valider en entrant dans le bus doit devenir un réflexe". Y compris, et c'est là toute la nouveauté, pour ceux qui détiennent un abonnement. Auparavant, la carte restait dans le sac ou la poche, et l'usager n'avait pas besoin de la montrer au conducteur. Désormais, il faudra bien penser à sortir sa carte abonné et la valider en montant dans le bus. Le Réunipass quant à lui sera toujours accepté sur le réseau, mais il faudra bien le valider lui aussi.

Si cette validation n'est pas effectuée, l'usager peut être verbalisé. "Bien sûr, au début, nous serons plus souples", rassure Jean-Jacques Fung, "il risque d'y avoir beaucoup d'oublis". Une période de "flottement" qui va se poursuivre jusqu'au 15 août. Le montant de l'amende, lui, n'a pas encore été décidé par la Cinor et Citalis, il devrait être entre 5 et 10 euros. Bien sûr si l'on monte sans aucun titre de transport, l'amende sera plus salée.

Le matériel de contrôle évolue : de nouveaux équipements seront installés dans les 150 bus, des valideurs de couleur fuchsia. Par ailleurs, 57 valideurs portables seront disponibles dans les taxis bus. En cas de titre non valide, cela est clairement indiqué par une croix rouge et un signal sonore sur l'écran des valideurs.

Des files d'attente à n'en plus finir

La transition, mise en place depuis début juin, et qui invite les usagers à échanger leurs titres de transport pour les nouveaux, se fait parfois dans la douleur et l'attente devant les points de vente du réseau Citalis. "Il faut prendre son mal en patience, et c'est sûr que c'est très désagréable", reconnaît Jean-Jacques Fung. "Mais que les passages se rassurent, il faut juste le faire une fois, après on pourra tout renouveler en ligne."

La collecte de toutes ces données, obtenues à chaque validation, "contribuera aussi aux abonnés", assure Léa Échevet, chef de projet billettique. "Les données permettront d'améliorer l'offre de transport, en ajustant les horaires et les services proposés."

Ces changements sont aussi là pour soulager le quotidien des conducteurs, qui "entendront le son du valideur en guise de preuve", ajoute Léa Échevet. La montée devrait donc être plus fluide et le voyage plus tranquille.

mm/www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : transports , bus , réseau , cinor , citalis , actualités de la réunion , Actus Reunion , Cinor Actualité , Billettique

suivez-nous