Le conseil régional a examiné ses orientations budgétaires pour 2020

Les finances et la continuité territoriale déchainent les débats

Manifestation pour la continuité territoriale.

Durant plus de 6 heures ce jeudi 28 novembre 2019, les conseillers régionaux ont débattu autour des orientations budgétaires 2020. L’opposition tirant à boulets rouges sur la gestion budgétaire de la collectivité tandis que la majorité défendait son "excellente santé financière". Le tout, sur fond d’interrogations concernant le chantier de la Nouvelle Route du Littoral et de présentation du rapport de la Chambre régionale des comptes relative au dispositif de continuité territoriale (Photo rb/www.ipreunion.com)

L’opposition tire à boulets rouges sur la gestion budgétaire

Tour à tour, les élus d’opposition ont pris la parole pour étriller la gestion budgétaire de Didier Robert et sa majorité, faisant ainsi référence à la situation financière de la collectivité pointée du doigt par la Cour des Comptes dans un récent rapport.

Lire aussi : La Nouvelle route du littoral plombe la dette de la Région

Selon ce rapport, l’explosion du le taux d’endettement régional a bondi de 108% entre 2015 et 2018, passant de 588 millions d’euros à 1,1189 milliard d’euros, pour atteindre 1,234 milliard d’euros pour 2019, équivalent à une capacité de désendettement de 9,7 années. Et ce, alors que le ratio d’alerte de la loi de programmation des finances publiques est fixé à 9 ans pour les Régions.

Parallèlement, les investissements de la pyramide inversée ont diminué de 6,3% entre 2015 et 2018, passant de plus de 630 millions d’euros à 591 millions d’euros en 2018, et même 570 millions d’euros en 2019. Par ailleurs, La Réunion fait partie de la "minorité de situations" où l’épargne nette a fondu entre 2017 et 2018, passant 99,62 millions d’euros à 81,43 millions d’euros, indiquait la Cour des Comptes.

"Vous n’avez plus les moyens de mettre en œuvre les politiques publiques", a affirmé la députée Huguette Bello, parlant de "gestion improvisée", "de plus en plus irresponsable", "laxiste", et "hasardeuse" de la majorité régionale.

Même son de cloche du côté de Karine Nabenesa qui estime que "l’épargne ne suffit pas comme seule réponse pour rassurer sur la santé financière de la collectivité", a-t-elle déclaré, faisant référence au satisfecit de Didier Robert concernant les 120 millions d’euros d’épargne brute dégagés par la Région en 2019.

Pour Joé Bédier, ces orientations budgétaires "manquent de visibilité" et dénonce un "déséquilibre" au détriment de l’Est, évoquant notamment le projet Run Rail devant relier Sainte-Marie à l’entrée ouest de Saint-Denis. Le conseiller régional propose plutôt une complémentarité entre le projet de la CINOR et un Run Rail reliant Saint-Benoît à Sainte-Marie.

Didier Robert défend une situation financière "excellente"

Faisant fi des différentes polémiques suite à la parution de ce rapport, tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes pour le président de Région. La situation financière de la collectivité est "excellente", a déclaré Didier Robert. Selon lui, deux indicateurs justifient cette vision : la maîtrise des dépenses de fonctionnement ainsi qu’un taux d’épargne brut de 21,1%, à 120 millions d’euros.

Le Président de Région souligne néanmoins que la collectivité recherche encore 30 millions d’euros pour boucler son budget. Elle est aussi suspendue à plusieurs décisions au niveau national et européen qui influenceront l’élaboration du budget régional 2020, notamment les arbitrages du Parlement Européen concernant la reconduction des aides européennes (FSE – FEDER – INTERREG) pour la période 2021 – 2027 ainsi que les arbitrages de l’Etat concernant les mesures inscrites au projet de loi de finances 2020 ainsi qu’au projet de loi de finances de la sécurité sociale 2020.

Concernant les investissements, Didier Robert reconnaît que la collectivité régionale arrive à la " fin d’un cycle " avec la fin du programme d’investissements de la NRL et de ceux liés au très haut débit.

Les investissements en 2020 seront essentiellement concentrés sur le développement des énergies renouvelables et le traitement des déchets. Le président de la pyramide inversée a par ailleurs confirmé l’ambition régionale de développer le "Réseau Régional de Transport Guidé" avec le projet Run Rail devant relier Sainte-Marie à l’entrée Ouest de Saint-Denis "en coordination avec le projet de la Cinor".

"Nous sommes dans une logique de co-maîtrise d’ouvrage sur ce sujet", a-t-il précisé, tout en laissant la porte ouverte à d’autres projets de transport guidé, en lien avec les différentes intercommunalités de l’île.

Continuité territoriale : Didier Robert persiste et signe

Cette séance plénière a également été l’occasion pour le président de Région de présenter les observations définitives de la Chambre régionale des comptes concernant le dispositif de continuité territoriale.

Lire aussi : Trop chers bons de continuité territoriale

Rappelons que la CRC n’est pas tendre envers la collectivité régionale dans ce rapport. Elle parle d’un dispositif pas "économe des deniers publics", indiquant que "70% des demandes provenaient de personnes faisant partie de la tranche aux revenus les plus élevés". Un budget, surtout, qui dérape et qui explose, doublant en 5 ans, pour atteindre le montant titanesque de 57 millions d’euros en 2019, soulevant l’interrogation des magistrats quant à la "soutenabilité financière" de cette mesure.

La chambre régionale des comptes notait aussi certaines dérives et incohérences telles qu’un billet acheté en 1916, un billet dont le prix indiqué est de 9 232 milliards d’euros ou encore des bénéficiaires qui voyagent 8 fois dans la même année.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, la CRC demandait à la Région d’engager une réflexion "sur la maîtrise financière" du dispositif en évoquant plusieurs pistes : "réduire le niveau des ressources financières de manière à limiter le public éligible, diminuer la fréquence du bénéfice de l’aide financière (…) ou encore diminuer le niveau de l’aide simple et de l’aide majorée".

Des préconisations qui ne sont pour l’heure pas intégrées puisque le président de Région qui a annoncé que le dispositif sera "maintenu dans sa plénitude et dans sa globalité" pour 2020 tout en affirmant "prendre acte" de ces "éléments de vigilance" mis en exergue par les magistrats financiers. "Nous travaillons à les améliorer", a-t-il affirmé.

Il a par ailleurs annoncé la mobilisation de 10 millions d’euros pour mettre en œuvre une "continuité territoriale des marchandises" afin de "participer à la hausse du pouvoir d’achat des Réunionnais", sans pour autant détailler les leviers concrets de ce nouveau dispositif. "Ces 10 millions seront mécaniquement et totalement fléchés sur la question du pouvoir d’achat", a assuré Didier Robert.

Nouvelle Route du Littoral : la Région en attente d’une médiation

A propos du projet de Nouvelle Route du Littoral, Didier Robert a confirmé la livraison du chantier à l’horizon 2022 – 2023.

Dominique Fournel, élu en charge de ce dossier, a indiqué que la Région était dans l’attente d’une médiation entre la collectivité et le groupement en charge du chantier, sous l’égide du Secrétariat d’Etat aux Transports. Cette médiation a été lancée suite à la réunion du 18 octobre 2019 avec les transporteurs lors de laquelle il a été convenu que l’approvisionnement en roches se ferait localement pour la poursuite du chantier.

"Je ne céderai pas un pouce sur le niveau de financement qui doit être le juste prix pour la construction à réaliser. Il est hors de question d’accepter un surcoût qui ne corresponde pas à ce juste prix", a insisté le président de Région.

Lire aussi : NRL et andains : pour le concret, ce sera (peut-être) pour la prochaine fois

Rififi autour du Conseil Consultatif Citoyen

Mis en place à l’issue de la crise des gilets jaunes, le Conseil Consultatif Citoyen a pour la première fois rendu un avis sur les orientations budgétaires 2020 et dont les élus ont pu prendre connaissance lors de cette séance plénière. Un avis assez mitigé dans lequel le CCC émet des bons points comme des mauvais points, mais retient surtout qu’"aucune mesure du document des orientations budgétaires n’apparaît clairement venir modifier la politique régionale suite aux revendications des gilets jaunes".

Lire aussi : "La Région n'a pas tiré les leçons des gilets jaunes"

Si majorité et opposition ont salué la mise en place de cette instance, les débats ont été très tendus, cristallisés autour de la question de sa composition, l’opposition regrettant qu’aucun de ses élus ne siège au sein du Conseil Consultatif Citoyen. Et ce, alors qu’ils estiment que la majorité régionale y est représentée par Juliana M’Doihoma. "Je ne siège pas au sein du CCC" a rétorqué cette dernière." J’ai tenté, autant que faire se peut, de me tenir dans une posture d’accompagnement, un rôle de relai, de trait d’union, entre ce qui se fait au sein de cette instance participative et notre assemblée plénière", a-t-elle ajouté, tout en poursuivant : "cette instance ne nous appartient pas".

www.ipreunion.com

mots clés de l'article : politique , budget , actualité de la réunion , orientations budgétaires , Actus Reunion , Conseil régional