Cinor

Les travaux de désensablement du port de Sainte-Marie débutent ce lundi 16 septembre

Photod/Cinor

Cela faisait plus d’une semaine que les petits pêcheurs bloquaient le port de Sainte-Marie. La raison de la colère : l’ensablement du chenal. La Cinor, qui a repris la gestion du site annonce que les travaux de désensablement commenceront lundi 16 septembre, de quoi calmer la grogne des pêcheurs et plaisanciers. Le communiqué de l’intercommunalité : "comment régler le problème d’ensablement auquel sont confrontés les pêcheurs à l’entrée du chenal du port de Sainte-Marie ? Au terme d’une deuxième réunion de travail, la Cinor et GTOI se sont accordés hier sur une solution visant à la mise en oeuvre de travaux de draguage d’urgence. Des opérations qui, prévues initialement en fin d’année, puis annoncées le 1er octobre dans le cadre de la tranche ferme des travaux d’extension, débuteront finalement ce lundi 16 septembre.

Comme il y a un an, le chenal d'accès du port de Sainte-Marie est de nouveau confronté à une situation d'ensablement empêchant une majorité de pêcheurs professionnels de pouvoir entrer et sortir du Port.

En effet, le tirant d’eau avoisine actuellement les 40 cm, ce qui est très nettement insuffisant pour la majorité des embarcations amarrées à Sainte-Marie .

Après avoir pris en compte les doléances d'un groupe de pêcheurs dans l’objectif de trouver une solution au problème dans les meilleurs délais, la Cinor a de nouveau rencontré la GTOI le 13 septembre, laquelle, à la tête d'un groupement d'entreprises et sous mandat Cinor, pilote actuellement les travaux de modernisation du Port.

Il a été de nouveau évoqué la question de cette tranche ferme, notamment la phase des travaux maritimes incluant la réalisation du deuxième bassin côté Est du site et le prolongement de la digue, avec de fait des travaux de draguage.

Travaux de désensablement puis réalisation des nouveaux ouvrages maritimes

"Cette phase de travaux restait conditionnée à la signature des autorisations environnementales par le Préfet, or nous venons de recevoir ces autorisations de la Préfecture et de la DEAL. De fait, plus rien ne s'opposait au lancement de ces travaux. Notre volonté est de débuter ces travaux au plus vite , la Préfecture – et je l'en remercie- nous ayant donné son feu vert , nous avons relancé GTOI pour que ces travaux débutent dès ce lundi 13 septembre, sur la base d'un irdre de service que j'ai signé, et non plus le 1er octobre", explique, Yves Ferrières, vice-président délégué de la Cinor, en charge de ce projet d'aménagement du nouveau port de Sainte-Marie.

“Dès lundi, GTOI réalisera une piste d'accès jusqu'au chenal et installera les équipements et outils de désensablement. Nous allons mettre les bouchées doubles pour libérer le passage du chenal et poursuivre la suite des gros travaux maritimes(ouvrages portuaires, nouveau bassin et allongement de la digue) avant le début de la saison cyclonique".

Suivront ensuite la réalisation du bâti abritant les boutique et commerces, des locaux de pêche ainsi que le hall de vente de poisson à la criée”.

170 anneaux de plus

Précisions qu'il y a un an, alors que le site portuaire était sous la gestion de la CCIR, la Cinor avait réalisé, à sa charge, des travaux du même acabit pour un montant de 400 000 euros.

De fait, de pose la question de la récurrence de cette situation. "Il y a énormément de sable sur les 5 km qui précèdent d'entrée du port",expliquent les pêcheurs. "Ces problèmes à l'entrée de l'embouchure vont se répéter. Auparavant, la force des cyclones permettait de les éloigner au large, mais on n'en a plus eu depuis plusieurs années”, complètentent ces derniers.

Pour sa part, la Cinor insiste sur le fait que cette problématique sera prise en compte et que les nouveaux aménagements permettront un accès sécurisé.

Au terme de ces travaux, ce seront près de 350 anneaux qui seront disponibles sur le nouveau port , contre 180 anneaux actuellement. Un aménagement permettant de répondre à une forte demande jusque là insatisfaite.

De Saint-Denis à Saint-Benoît, il s'agit en effet du seul équipement de ce type dans l'ensemble du bassin nord Est.

“Sainte-Marie et le territoire du Nord disposeront d'un équipement de premier ordre, qui prendra place dans le paysage comme une carte postale de la région Nord", conclut Yves Ferrières, également président du Conseil portuaire de Sainte-Marie.

D'un coût de 18 milions d'euros, tenant compte de subventions attendues (Région et Fonds européens) devant se situer entre 5,6 M€ HT et 6,9 M€ HT maxi, la livraison du nouveau site portuaire reste programmée pour le second semestre 2020.

Rappelons que GTOI est accompagnéedans cette mission d'Egis Ports, de Quadra architectures, de Seanergy Océan Indien, de Entreprise Jean-Negri & Fils, et de Corem."

mots clés de l'article : Actus Reunion , Cinor Actualité

suivez-nous