Négociations salariales

Secteur automobile : la menace d’une grève générale plane

Photo d’archive imaz press reunion

Après le BTP début mai, la menace d’un mouvement de grève plane à son tour dans le secteur de l’automobile à La Réunion. En cause : les négociations qui ont démarré dans la branche et dans les entreprises. Le principal point d’achoppement entre patronat et syndicat : les salaires. Selon Jacques Bhugon, secrétaire général de la CGTR auto-moto, la tension est "forte" dans les entreprises.

Alors que les négociations de branche ont débuté mercredi dernier, la colère monte dans les entreprises du secteur automobile et la menace d’une grève plane plus que jamais. De l’aveu de Jacques Bhugon, la "pression est forte" chez les salariés et ces discussions sont "sources de tensions".

Au cœur des revendications : la mise en place d’une nouvelle convention collective. Mais patrons et syndicats ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le salaire de base. "La grille des salaires n’a pas suivi d’évolution depuis près de quatre ans. Il y a nécessité à la revoir", explique le secrétaire général de la CGTR auto-moto.

Jacques Bhugon pointe du doigt un écart de salaire de 7% dans les garages en défaveur des salariés réunionnais. "Ce n’est pas normal. C’est une injustice car nous effectuons le même travail", souligne le syndicaliste.

Concernant les négociations d’entreprises, - qui ont d’ailleurs démarré ce mardi chez Automobiles Réunion (Renault) -, la CGTR auto-moto entend tenir tête au patronat sur le principal point d’achoppement, les salaires.

Constatant que les entreprises du secteur se portent bien, le syndicat réclame que cette bonne santé se reporte sur les employés. Il vise notamment le groupe Hayot (Automobiles Réunion, Cotrans ou encore REP), qui dégage, dit-il, des bénéfices suffisant pour augmenter les salaires. La CGTR auto-moto estime, en effet, que les salariés ne peuvent se contenter de 15 euros d’augmentation. Là encore, Jacques Bhugon prévient : "à tout moment, un mouvement de grève peut être déclenché".

Par ailleurs, le secrétaire général de la CGTR auto-moto note qu’il y a une "grosse attente des salariés qui souhaitent voir les syndicats obtenir une augmentation significative".

À noter que patronat et syndicats se retrouveront la semaine prochaine à la DIECCTE pour les négociations de branche.

mots clés de l'article : Une , Grève du BTP , CGTR , social , AUTOMOBILE , menace , AUTO , Social , cgtr auto-moto

suivez-nous