Un congrès scientifique pour apprendre à bien vieillir

photo imaz press reunion

Ce 28 et ce 29 mars 2018, l’Université de La Réunion accueille un congrès scientifique baptisé "Le défi du vieillissement réussi". Ces deux journées seront consacrées à de multiples interventions autour de l’état de santé des gramounes et de leurs conditions de vieillissement. Des questions primordiales lorsque l’on sait que les statistiques prévoient une forte augmentation du nombre de personnes âgées d’ici 2040.

Le Réunionnais vit de plus en plus vieux. Selon les dernières données de l’Insee, la population réunionnaise fait face à un vieillissement rapide avec un doublement des plus de 60 ans prévu entre 2010 et 2030. On passera ainsi de 100 000 à 225 000 gramounes sur le Département. Il est par ailleurs important de noter que 92 % des personnes âgées sur l’île vivent à domicile, contre 40 % au niveau national. Et cette réalité impose la prise en compte d’un nouveau défi : le bien-vieillir. C’est dans cette optique que l’Université de La Réunion accueille pendant deux jours un symposium consacré au vieillissement. Associant des universitaires, acteurs de terrain et associations, ce congrès scientifique se divisera en plusieurs interventions.

"Le vieillissement réuni, c’est un défi pour notre territoire. Ce symposium, réunit une trentaine de partenaires de la zone Océan Indien, de la France métropolitaine, voire de Suisse et du Québec. L’idée, c’est de faire une étude comparative et que l’Université de La Réunion soit une université en pointe sur cette thématique" présente Anne-Françoise Zattara-Gros, vice-présidente de l’Université de La Réunion.


Ce 28 et ce 29 mars, un congrès scientifique sur le "défi pour un vieillissement réussi" du côté de l’@Univ_Reunion pic.twitter.com/ojYuy6ZUYH
— Maëva Pausé (@maepause) 27 mars 2018


 

Dès 9 heures ce jeudi, le ton sera donné avec les "défis territoriaux face au vieillissement". L’ouverture du congès se fera avec un docteur en géographie-aménagement qui s’est interrogé sur les territoires favorables ou non au vieillissement. "Quels sont les défis pour une ville comme Saint-Denis ? Face à la transition démographique, des réponses en termes d’habitat, santé, services et transports doivent être apportées et anticipées"commente le chercheur.

Dans le même ton, un professeur de sociologie à l’Université d’Antananarive parlera du "vieillir en milieu rural". Une interrogation qui prend forcément sens sur notre île, où la vie dans les Hauts peut avoir un impact sur l’isolement de la personne âgées. Parmi les autres principales thématiques de ce symposium : les nouvelles formes d’habitat, le diabète, la dépendance, le vieillir chez soi ou encore la sexualité chez les seniors. "La pulsion d’attachement remplace progressivement la pulsion sexuelle agressive. La femme devient plus active et l’homme plus réceptif. Après 60 ans, c’est le coeur qui commande la sexualité" présentent Michel Derkasbarian, docteur en médecine et Nadia Djellaoui, gériatre.

- Un oeil sur Mayotte, la Suisse et Madagascar -

De son côté, Jean-Marc Franco, directeur du département universitaire de médecine générale à l’UFR Santé de La Réunion, s’est quant à lui penché sur l’étude de l’état de santé et des conditions de vie des patients âgés de 65 ans et plus en 2016 et 2017. Dans ce cadre, des médecins généralistes ont été sollicités pour proposer des questionnaires lors de leurs consultations.

Ce symposium est également l’occasion de jeter un oeil sur ce qu’il se passe ailleurs. Ainsi, une intervention expliquera la prise en charge des personnes âgées à Mayotte. "À Mayotte, dès qu’une personne âgée entre dans la dépendance, la famille se mobilise et se relaye afin de répondre à cette situation. Il se met systématiquement en place une solidarité familiale. Mayotte est une société où la solidarité, l’entraide entre les gens est une chose bien répandue et acceptée de tous" assure Ben Younoussa Issouf Ali, spécialisé en politiques du vieillissement.

Un regard sera aussi apporté du côté de la Suisse où "des mesures sont prises en vue d’encourager le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie", indique Valérie Hugenobler, sociologue et professeure à Lausanne. On pourra ensuite continuer le voyage du côté de Madagascar avec une intervention baptisée "Bien blanchir ses cheveux pour mieux blanchir ses ossements". Car, sur la Grande Île, plus la personne est ornée de ses cheveux blancs, plus elle est socialement valorisée. Un bel exemple de sagesse !

mots clés de l'article : université , Congrès , Réunion , vieillissement , personnes âgées , gramounes , La Réunion , scientifique , Actu , Actus Reunion , symposium

à voir également en vidéo

suivez-nous