Saint-Denis : La Justice portée en terre

Photo : RB Imaz Press Réunion

En grève pour dénoncer le projet de réforme de la justice, les avocats de La Réunion continuent à participer au mouvement initié en février par le Conseil national des barreaux. Pour se faire entendre et interpeller les citoyens, les robes noires réunionnaises ont décidé d’employer les grands moyens. Ce mercredi 11 avril, alors qu’une "marche des droits" se tient à Paris, au tribunal de Champ-Fleuri de Saint-Denis, les avocats organisent un procès fictif. Un procès visant à juger la réforme de la justice.

Selon Me Laurent Payen, Bâtonnier du Barreau de Saint-Denis, la mobilisation nationale a d’ores et déjà permis " des évolutions du projet de loi". Après deux mois de mobilisation, certaines revendications des robes noires ont été entendues par La Chancellerie. "Le recours à la visioconférence pour l’interrogatoire de première comparution est retiré du texte (…) En matière de divorce, le choix de ne pas exposer la cause du divorce en début de procédure sera finalement possible" cite en exemple le Bâtonnier. Selon lui, les avocats dyonisiens souhaitent "une justice moderne où le numérique demeure un moyen sans se substituer au juge".

L’opération de protestation contre la réforme judicaire a débuté dès 9 heures au Palais de justice avec une rencontre entre les avocats et les justiciables, suivi d’un débat citoyen. Elle s’est poursuivi avec le procès fictif pour mise en danger de la justice. L’audience a commencé en début d’après-midi. Regardez le direct de nos journalistes présents au tribunal



Après les dépostions des "plaignants" et des "témoins" par le tribunal, les avocats ont pris la parole pour des pladoiries truffées de bons mots et de traits d’humour Regardez



A l’issue du procès, à la demande de la présidente du tribunal le jugement a été rendu par... un four à micro ondes, mais en raison d’un "dysfonctiionnement", toute la procédure a dû être relancée...

Après "l’audience" les avocats, des magistrats et des personnels de Justice se sont rendus à la préfecture. Ils ont procédé à l’enterrement de la Justice en déposant un cercueil sur les marches du bâtiment préfectoral. Le code pénal a été jeté en guise de fleurs sur le cerceuil. Regardez

 



A la demande des robes noires, une délégation a été reçue en préfecture par Stéphane Selly, secrétaire du directeur de Cabinet du préfet. Les bâtonniers de Saint-Denis et de Saint-Pierre et que la présidente du tribunal d’instance de Saint-Paul - également représentante de l’intersyndicale des magistrats et fonctionnaires de justice - ont ainsi été auditionnés. Ils ont rendu compte de leur entretien à leur sortie de la préfecture. Regardez

 



Les participants du mouvement ont prévu de se réunir vendredi pour décider des suites à donner à leur mobilisation


sw/rb/

mots clés de l'article : justice , manifestation , gouvernement , Procès , avocats , rassemblement , justice morte , bâtonnier , grève , Actus Reunion , Barreau de Saint-Denis , Réforme de la justice , Robes noires

à voir également en vidéo

suivez-nous